Une énigme généalogique était proposée chez M'Généalogie

Mais une cousine lui a donnée la solution.

Trouvez ci-dessous les deux articles

Mon énigme généalogique

Mon épine généalogique se nomme Claude Françoise CAILLET. Elle fut l’épouse de Cyprien GIRARDOT qui a fait l’objet d’un de mes précédents article. Si j’ai pas mal d’informations sur Cyprien GIRARDOT, en revanche il me manque des données capitales sur son épouse. Je résume ce que je sais d’elle:

–  elle apparait pour la première fois dans mes recherches lors de la naissance de Charles Eugène le 13 mai 1845 à Sécenans. Il est bien précisé que Claude Françoise est l’épouse de Cyprien (donc il y a eu mariage).

– sur cet acte de naissance et sur les cinq autres suivants, il est également précisé qu’elle est couturière. Les deux derniers enfants du couple, François et Jean Pierre Alphonse sont nés en 1855 et 1857 à Dampierre, dans le Jura.

– l’acte de mariage de la fille du couple, Eugénie Hortense à Lyon le 29 mars 1873 précise que Cyprien et Claude Françoise habitent à Gueugnon en Saône et Loire. J’ai donc cherché sur le recensement de Gueugnon de 1872, leur présence or je n’ai rien trouvé. J’en déduis donc qu’ils pourraient avoir habité dans le Jura à Dampierre ou ailleurs jusqu’à 1873. Mais les archives du Jura ne sont pas en ligne.

-l’acte de décès (8 aout 1876 à Gueugnon) de Claude Françoise CAILLET, apporte quelques indices supplémentaires: elle est “née à  Granges le Bourg (Haute-Saône) de CAILLET Barbe qui était journalière au dit lieu”. Bien entendu, j’ai cherché à Granges le Bourg autant la naissance de Claude Françoise autour des années 1820, mais je n’ai rien trouvé. Des cousins lointains ont également cherché et n’ont rien trouvé non plus.

– J’ai aussi cherché l’acte de mariage du couple sur les communes de Granges le Bourg et Sécenans, sans plus de réussite…

Voilà exposée mon épine généalogique.

653_001Vue de Granges-Le-Bourg, Haute-Saône

 

Un des principaux blocages dans mes recherches généalogiques était de trouver l’acte de mariage et Cyprien GIRARDOT et de Jeanne Françoise CAILLET.

Grâce à l’aide d’une lointaine cousine, j’ai enfin pu trouver cet acte et je la remercie à nouveau bien chaleureusement.

Revenons à Jeanne Françoise CAILLET: l’acte tant recherché se trouvait sur la commune d’Étroitefontaine. Cette commune a fusionné avec  Athesans en 1972 pour devenir Athesans-Étroitefontaine, commune située en Haute-Saône, sur le canton de Villersexel.

La jeunesse de Jeanne Françoise

Jeanne Françoise est née le 31 janvier 1922. Elle est l’enfant naturelle de Jeanne Barbe CAILLET. C’est “Jeanne Claude DEVAUX, femme de Joseph CAILLET”, la grand-mère de l’enfant qui déclare la naissance. Magnifique, j’ai dans un seul et même acte, l’identité de mes ancêtres sur trois générations; excepté bien entendu celle du père de l’enfant.

Jeanne Françoise ne grandira pas sans présence masculine: sa mère se marie le 9 juillet 1825 à Étroitefontaine avec un chapelier, Jacques François TOURNIER, âgé alors de 40 ans. Cet acte de mariage m’apprend que  Jeanne Barbe est âgée de 38 ans.

Jeanne Françoise grandit. Arrive l’adolescence et un malheur: Jeanne Barbe meurt le 21 juillet 1836 à Grange-la-Ville. Jeanne-Françoise a 14 ans. La consultation de la table des successions et absences m’indique qu’elle laisse à son mari 101.25 francs de mobilier, argent, rentes et créances et 22.94 francs de revenu des immeubles situés à Granges-la-Ville.

Grande fontaine d’Etroitefontaine. Par A.BourgeoisP — Travail personnel, CC BY-SA 4.0,

Les années passent et Jeanne Françoise se marie avec Cyprien GIRARDOT le 12 décembre 1844 à Étroitefontaine. Jeanne Françoise est alors tailleuse d’habits à Étroitefontaine. Elle a 21 ans. Elle est assistée de Jacques François TOURNIER. Il me faut encore rechercher si ce dernier a reconnu ou non Jeanne Françoise. L’acte de mariage de cette dernière pourrait laisser penser qu’il l’a bien reconnue, mais en même temps, il faut quand même constater qu’elle a gardé le patronyme de CAILLET. J’ai donc encore quelques recherches à faire de ce côté.

La suite de l’histoire de la vie de Jeanne Françoise a été racontée dans C comme CAILLET, article du challenge AZ 2016.